Il est des métiers très recherchés et très rentables, il faut savoir s'y préparer

        Prenons l'installateur urbain des panneaux indicateurs d'autoroute. Que ceux-ci aient pour fonction de désengorger le centre-ville ainsi que les autoroutes, vous le comprenezdès que vous les avez suivi une fois et que vous vous retrouvez, épuisé, sur la plus dangereuse des voies sans issue d'une banlieue industrielle. Or, rien n'est plus difficile d'installer ces panneaux au bon endroit. Un sombre imbécile pourrait envisager de les placer à un carrefour super compliqué à dix voies, où tout automobiliste se perdrait sans l'aide de personne. Eh bien non ! Le panneau sera planté sur un trajet super évident, là où vous prendriez d'instinct la bonne direction, afin de vous envoyer dans le sens opposé. Pour accomplir ce travail, il faut être calé en urbanisme, en psychologie, et en théorie des jeux. 

        Autre métier très prisé : rédacteur des notices d'emploi jointes aux appareils électroménagers et électroniques. Le but de ces explications est de rendre impossible l'installation de l'objet. Elles ne prennent pas exemple sur les énormes manuels acompagnant les ordinateurs, car ceux-ci, bien que dispendieux pour le constructeur, remplissent peu ou prou leur office. Non. Leur véritable modèle sont les notices des prduits pharmaceutiques, lesquels ont l'avantage de porter des noms apparemment scientifiques qui servent en réalité à indiquer la nature des médicaments, au cas où leur achat embarasserait l'acquéreur (Prostatan, Ménopausine, Ultralax). Quant aux notices, elles ont l'art de nous rendre absconses les précautions d'emploi dont dépend notre vie : "Aucune contre-indication sauf réaction subite et létale à certains composants."

       Pour l'électroménager, les modes d'emploi ont la manie de s'attarder sur l'explication de choses tellement évidentes que vous sautez le passage et que vous ratez ainsi l'unique information essentielle.

       " Pour installer le PZ40, il est nécessaire de le déballer en l'extrayant du carton. On ne peut extraire le PZ40 du carton qu'après avoir ouvert le susdit. Le carton s'ouvre en soulevant en directions opposées les deux rabats du dessus (voir dessin à l'intérieur). On recommande, durant l'opération d'ouverture, de tenir le carton à la verticale avec le dessus orienté vers le haut, car en cas contraire, le PZ40 pourrait glisser par terre durant l'opération. La partie haute est celle où apparaît l'indication HAUT. Au cas où les rabats ne s'ouvriraient pas à la première tentative, on conseille d'essayer une deuxième fois. A peine ouvert et avant d'enlever le couvercle d'aluminium, il est recommandé d'arracher la languette rouge sinon le carton explose. ATTENTION : après extraction du PZ40 vous pouvez jeter le carton."

       Autre métier non négligeable : concepteur de tests publiés en été dans les hébdos politiques et culturels. "Entre un verre de sels anglais et un ballon de vieil armagnac, que choisirez-vous? Voudriez-vous coucher avec une octogénaire cacochyme ou avec Isabelle Adjani? Préféreriez-vous être couvert de fourmis rouges ou passer une nuit avec Orsella Muti? Si vous avez à chaque fois coché le numéro un, vous êtes d'un tempérament fantaisiste, inventif, original, mais sexuellement un peu froid. Si vous avez coché à chaque fois le numéro deux, vous êtes un petit coquin."

        J'imagine un test qui demanderait : "Êtes-vous tombé plusieurs fois par la fenêtre? Si oui, avez-vous eu des fractures multiples? En est-il résulté à chaque fois une invalidité permanente? Si vous avez répondu plusieurs fois oui, soit vous êtes idiot, soit vous avez les labyrinthes fichus. Evitez de vous pencher à la fenêtre quand le farceur du rez-de-chaussée vous crie de descendre"